C'est avec toute notre admiration pour la maison Michel Couvreur que nous sommes décidés à vous faire découvrir leurs trésors au Whisky Shop !

Qui ne saute pas n'est pas français

Avant l'arrivée de Michel Couvreur, l'eau-de-vie de malt française demeurait une denrée très rare. En 1983, il y avait bien les pionniers bretons de la distillerie Warenghem (WB, puis Armorik). Lesquels seront suivis quelques années plus tard par le célèbre whisky de blé noir Eddu.

Mais à cette époque, Couvreur distillait déjà en Écosse.

Ce belge d'origine est avant tout passionné par le vin. Il officiera comme producteur et négociant dès les années 1950. En 1956, il achète les caves du Molet, à Bouze-lès-Beaune la bien nommée, puis partira en Écosse quelques années plus tard pour se former au monde du whisky.

En 1978, Michel Couvreur se consacre de plus en plus à la culture l'orge. Dans les Orcades, Il plantera une variété très capricieuse, mais gustativement fascinante, le Bere barley.

Par la suite, il réalise sa première distillation en 1986, à Edradour.

Michel Couvreur, le whisky par l'élevage

Rapidement, il retourne à Bouze-lès-Beaune, en Bougogne, et débute son activité d'éleveur. Fait bien connu des amateurs, le nom des distilleries qui fournissent Michel Couvreur en distillat n'est pas indiqué sur les bouteilles.

À l'inverse, le type de fût, ainsi que le lieu de stockage de ces derniers est clairement mentionné.

La philosophie de Michel Couvreur n'est pas de retirer du crédit au cultivateur ou au distillateur. Il estime cependant que le choix du fût et les conditions du vieillissement sont primordiaux. Il se met en quête de trouver en Andalousie d'ex-fûts de Sherry d'exception, qu'il considère comme faisant partie de l'ADN du whisky écossais.

En effet, on estime que 9 scotchs sur 10 sont aujourd'hui vieillis en ex-fûts de Bourbon, ce qui n'était absolument pas le cas il y a encore quelques décennies. Son constat semble donc sensé.

Mieux sourcer ses fûts, revenir aux origines, maîtriser leur assemblage, c'est précisément ce qui animera Michel Couvreur tout au long de sa carrière.

Parmi les meilleurs whiskies français et du monde

Le résultat ? Des cuvées iconiques, sans pareille, toujours artisanales. Michel Couvreur jouera en permanence la carte de l'originalité grâce à des fûts souvent délaissés par les éleveurs, à l'image de sa cuvée VJ, vieillie en fût de vin jaune. Couvreur dessine ainsi les traits du style hexagonal : Sélectionner, élever, surprendre. Avec une trame aromatique bien précise : la gourmandise, et l'intensité aromatique.

Michel Couvreur nous quitte en 2013. C'est Alexandra Couvreur-Deschamps, sa fille, accompagnée de son mari Cyril Deschamps et de leur maître de chai Jean-Arnaud Frantzen qui reprendront la suite des opérations.

Sélection

Nous vous invitions à venir profiter de notre expertise directement en boutique ! Nous vous conseillerons sur notre gamme de whisky Michel Couvreur, en constante évolution.

Vous pouvez également consulter notre boutique en ligne. Nous avons selectionné pour vous ces quelques produits. Bonne découverte !

Michel Couvreur - Candid

La parfaite expression d'un mariage entre l’influence des fûts de Sherry (Xérès et PX) et de la tourbe ! Le tout avec ce style Couvreur, puissant et racé!

Beaucoup d’épices, de fruits, une note saline très intéressante dans ce profil et une texture très riche comme avec la plupart des Couvreurs. Le vieillissement en fûts de Pedro Ximenez lui confère une douceur que ne peuvent laisser indiférrents les amateurs de fruits confits et de cacao.

Michel Couvreur - Hyphen

Disponible en édition limitée, cette nouvelle création met une fois de plus en avant le talent d'assemblage de la maison Couvreur. Issu d'un whisky écossais vieilli en fût de Fino et de chenin blanc du domaine Le Sot de l'Ange, il est complété à 25% par un whisky tourbé français vieilli en fût de moscatel. Tonique, gourmand et incroyablement long en bouche ! Seulement 940 bouteilles produites.

Michel Couvreur - Blossoming Auld Sherried

Paradigme des Whiskies Michel Couvreur et réplique des grands malts de l'ère victorienne. Le Blossoming auld Sherried est un Single Malt et Single Cask issu d'un fût frais de vin de Pedro Ximenez.

Un palais gras, soyeux, très doux, puissant et long. Il représente l'équilibre entre la douceur et la fraîcheur herbacée que seule l'orge peut conférer.