L’histoire du whisky japonais est à la fois fascinante et charmante, débutant en 1854. Le commodore Matthew Perry fut envoyé au Japon sur ordre du Président Américain Millard Fillmore. L’objectif de la mission de Perry était de renverser la politique isolationniste japonaise - vieille de 220 ans - sous le shogunat Tokugawa et de garantir de nouvelles routes commerciales. Le Traité de Paix et de Coopération entre le Japon et les États-Unis conclu, le commodore Perry organisa un banquet sur le pont de son vaisseau amiral, le USS Powhatan. Nombres des invités étaient des convives japonais et ce fut donc la première fois qu’ils goutèrent à l’eau-de-vie.

Suite à ceci, d’autres accords commerciaux furent signés, et le Japon ouvrit ses portes au commerce, du moins à l’Occident. Les imports se mirent a coulé à flots vers le Japon, y compris la bière, le vin et les spiritueux. Le whisky fut une source d’inspiration pour le peuple japonais mais les imports étaient chers et rares. Les producteurs locaux se mirent donc à créer leurs propres produits pour tirer profit de la demande en mélangeant de l’alcool avec du sucre, des épices et d’autres arômes, mais ceci demeurait très, très loin du whisky authentique.

La Settsu Sake Company constata qu’il y avait un vide à combler dans le marché pour du whisky authentique et c’est ainsi qu’en 1918, ils envoyèrent un étudiant en chimie, Masataka Taketsuru, en Écosse pour directement apprendre le processus de distillation du whisky. Taketsuru s’inscrivit à un programme de chimie à l’Université de Glasgow, et se dirigea ensuite à Elgin à la recherche de l’auteur de The Manufacture Of Spirit: As Conducted in The Distilleries Of The United Kingdomde J.A. Nettleton. Taketsuru traduisit le livre en japonais et une fois qu’il localisa Nettleton, ce dernier lui demanda £15 par mois pour le former et le loger. £15 par mois peut sembler une petite somme, mais c’était au-delà du budget de Taketsuru. Ceci aurait pu être la fin de l’histoire, cependant, Taketsuru était déterminé et se mit à la recherche d’un programme d’apprentissage avec une carte des distilleries de Speyside en main. La deuxième distillerie à laquelle il se rendit, Longmorn, l’accueillit pendant une courte durée et Taketsuru nota méticuleusement chaque détail dans son carnet, avant de retourner à Glasgow pour continuer ses études.

Durant sa première année d’étude, Taketsuru se lia d’amitié avec une étudiante en médicine, Ella Cowan, et fut bientôt invité à sa maison familiale où il devint ensuite pensionnaire. S’en suivit une amitié forte entre Taketsuru et la sœur aînée d’Ella, prénommée Rita, les deux partageant une passion pour la musique et la littérature – un peu plus d’un an plus tard, le couple heureux se marièrent à Glasgow. Cependant, les débuts furent difficiles car leurs parents respectifs désapprouvèrent du mariage. Imperturbables, ils commencèrent leur vie de couple mariée à Campbeltown, à environ 100 miles à l’ouest de Glasgow, au-delà de l’île d’Arran. Après un certain temps, les nouveaux mariés traversèrent l’océan atlantique pour se rendre aux États-Unis, avant de finalement rejoindre le pays natal de Taketsuru. A ce moment, la Brasserie Settsu Co. faisait face à l’adversité à cause de l’instabilité économique, l’inflation et la récession qui s’abattait suite à la première guerre mondiale. Taketsuru continua d’y travailler mais fut mis dans une position difficile car Settsu trouvait qu’agir d’après les connaissances de Taketsuru était un trop gros risque à encourir. Par conséquent, Taketsuru se sépara avec Settsu et trouva un emploi comme enseignant de chimie dans une école.

Entretemps, Shinjiro Torii avait fondé Torii Shoten(maintenant Suntory). Ils connurent un certain succès grâce à l’import du vin de Porto comme principal import. Ils produisaient aussi des imitations bon marché de whiskies en raison de l’engouement pour les imports de whiskies américains et écossais. Torii avait compris qu’il y avait un vide à combler dans le marché et savait qu’il y avait un réel besoin d’une authentique distillerie de whisky au Japon. Il se mit donc en contact avec Taketsuru pour installer la première distillerie du pays – Yamazaki.    

Cinq ans plus tard, en 1929, le premier whisky malt authentique de la Distillerie Yamazaki, Shirofuda, ‘White Label’ futmis en vente. White Label ne se vendit pas bien, il est supposé que le goût fumé ne plaisait pas au japonais qui n’y étaient tout simplement pas habitués. Afin de s’assurer que sa société connaisse un succès, Torii voulait créer une expression au goût des consommateurs japonais. En revanche, Taketsuru était contre cette idée et voulait rester fidèle à sa passion – créer un whisky de la manière qu’il avait apprise en Écosse.

A la fin du contrat de 10 ans, le partenariat entre Taketsuru et Torri fut dissous. A la suite de quoi, Taketsuru entama un nouveau chapitre en formant Nikka. Restant fidèle à sa cause, Taketsuru choisit la petite ville de Yoichi comme endroit idéal pour une distillerie sur les terres du Japon, le climat et l’air vivifiant de la région étant le plus proche de celles de l’Écosse qu’il allait trouver. Taketsuru commença à distiller en 1936, utilisant les premiers alambics qu’il avait créé, et en 1940 la première expression de Nikka fut dévoilée, Nikka Whisky Rare Old. Ce moment marqua le début de la grande rivalité entre whiskies japonais, Nikka et Suntory, qui continue jusqu’aujourd’hui.       

En avançant dans le temps, le whisky japonais devint bien plus qu’une simple imitation de son cousin écossais. Il y a tellement d’éléments qui font du whisky japonais une eau-de-vie à part entière : certaines choses qui peuvent expliquer ces différences sont l’eau japonais clair et riche en minéraux ; le climat japonais et les saisons distinctes, il est dit que ceci aide le vieillissement dû à un affinage bien plus rapide ; et même les saveurs uniques du chêne japonais – le mizunara, car les whiskies japonais sont souvent vieillis en fûts de bourbon ou xérès et ensuite transférés en fûts de mizunara pour développer les arômes davantage.      

A mesure que la popularité des whiskies japonais crûrent, nombres d’entre eux remportèrent de prestigieuses récompenses, tel que le Yamazaki Sherry Cask 2013 qui fut récompensé Meilleur Whisky du Monde par la Jim Murray's Whisky Bible 2015, en effet, les connaisseurs de whisky ainsi que les investisseurs achètent les actions et font donc augmenter les prix.
Avec une quantité limitée de whiskies vieillis en circulation, les distillateurs japonais ont dû innover avec ce qu’ils avaient, allant au-delà des whiskies single malts vieillis et des whiskies single grain.

Grâce à ceci, certains des whiskies d’assemblage les plus exquis furent crées au Japon :    



La hausse rapide de la popularité des whiskies japonais a eu pour conséquence que certaines variétés ont dû être abandonnées car il n’y avait tout simplement pas assez de liquide pour répondre à la demande. Pour ces raisons, en 2018, Suntory a donc annoncé l’arrêt de vente du Hibiki 17 ans et du Hakushu 12 ans

La culture japonaise traditionnelle, le souci du détail et ‘Kaizen’ – la philosophie de l’amélioration continue et progressive – sont tous liés à l’art de la fabrication du whisky au Japon. Ceci explique en partie les caractéristiques à la fois subtils et délicates et pourtant puissantes de beaucoup de whiskies japonais. Avec de plus en plus de whiskies japonais remportant des prix internationaux, nous nous attendons à ce que leur popularité ne cesse de croître. Cette expansion fera sans doute augmenter davantage les évaluations pendant que l’approvisionnement tente de répondre à la demande. Il semblerait que ce soit le moment propice de goûter ou d’investir dans le whisky japonais.